Travailler en Freelance : Pourquoi choisir la micro-entreprise ?

Home / Le Monde du Web / Travailler en Freelance : Pourquoi choisir la micro-entreprise ?

travailler-en-freelance

Travailler en Freelance : Pourquoi choisir la micro-entreprise ?

 

Travailler en freelance, ça peut faire rêver autant que ça peut faire peur. Dans cet article dédié à l’entrepreneuriat, nous allons voir les détails du régime micro-entrepreneur. La définition, les différents statuts, régimes fiscaux et spécificités administratives. L’objectif de cet article est de vous donner les premières bases de connaissances sur l’auto-entrepreneuriat. Ainsi, à l’aide d’autres articles complémentaires, vous serez en mesure de décider si la micro-entreprise est faite pour vous.

 

Qu’est-ce qu’une micro-entreprise ?

Toute personne porteuse de projet et souhaitant ouvrir une entreprise seule, peut créer une micro-entreprise. La porteuse de projet sera donc salariée unique de sa micro-entreprise. Elle pourra bénéficier d’un régime fiscal simplifié, ainsi que d’autres spécificités que nous allons voir tout au long de cet article.

Un des premiers avantages de la micro-entreprise réside dans le paiement des cotisations. En effet, ils sont proportionnels au chiffre d’affaire généré par la micro-entreprise. Cela signifie que le micro-entrepreneur ne paye aucune cotisation s’il ne gagne rien.

 

ordinateur

 

Les différents statuts juridiques pour travailler en freelance 

Il existe aujourd’hui trois statuts différents pour créer une micro-entreprise.

  • EI : L’entreprise individuelle
  • EIRL : L’entreprise individuelle à responsabilité limitée 
  • EURL : L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée 

Dans cet article, nous n’allons pas nous attarder sur la 3ème option.

 

Le choix du régime fiscal pour travailler en freelance 

Travailler en freelance ne signifie pas échapper aux impôts. En revanche, le système est là encore, assez simplifié. Le micro-entrepreneur a le choix entre deux options pour son régime fiscal. Il pourra opter ou non pour le versement libératoire. Afin de connaître les détails de ce choix, rendez-vous sur le site de la CCI, qui récapitule toutes les informations dans un tableau plutôt bien conçu.

CCI

 

 

Comment s’immatriculer pour travailler en freelance ?

Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) requière l’inscription de toute personne souhaitant créer une micro-entreprise. Pour s’inscrire et s’immatriculer, les personnes souhaitant travailler en freelance ont plusieurs portails tels que :

La déclaration sera ensuite prise en charge. L’organisme de référence sera différent en fonction de la nature de l’activité exercée.

 

Nature de l’activité Organisme de référence Détails
Activité commerciale ou prestation de service CCI Immatriculation gratuite au registre du commerce et des sociétés (RCS).
Taxe pour frais de chambre de commerce.
Activité artisanale CMA Immatriculation gratuite au répertoire des métiers (RM).
Taxe pour frais de chambre des métiers et de l’artisanat.
Activité libérale URSSAF Pas d’inscription particulière.
Immatriculation gratuite.
Activité d’agent commercial Greffe du tribunal de commerce Immatriculation payante de 26€ au registre spécial des agents commerciaux (RSAC).

 

 

Un système de comptabilité simplifié

Travailler en freelance signifie être son propre patron. Avec les statuts que nous avons évoqués plus haut, cela signifie également être seul dans son entreprise. Il est en effet de la responsabilité du micro-entrepreneur d’assurer tous les métiers basiques d’une entreprise classique. Il est son propre patron, mais également son propre commercial, son propre comptable…

Parlons justement de comptabilité. Heureusement pour les micro-entrepreneurs (qui ne sont pas tous experts comptables pendant leur temps libre), le système de comptabilité est très simplifié. Attention, cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas du tout s’en occuper. Cependant, un simple répertoire avec les dépenses et les recettes est suffisant.

 

travailler-en-freelance-calculatrice

 

En effet, la TVA n’est pas prise en compte dans les calculs de la micro-entreprise. Tout est donc facture en hors taxe. Il n’y a pas de calculs annexes, ni de récupération de TVA.

Tenir à jour un tableau des dépenses et des recettes est toutefois très important. En effet, le micro-entrepreneur doit déclarer son chiffre d’affaire tous les mois ou tous les trimestres. Pour ma part, mes déclarations sont effectuées sur le site de l’Urssaf. Tous les mois, le déclare la somme exacte que j’ai gagné. Le site effectue ensuite un calcul pour m’informer des cotisations correspondantes que je dois verser.

 

Travailler en freelance = chiffre d’affaire limité

Tous les micro-entrepreneurs sont soumis à une limite de chiffre d’affaire. Si le chiffre d’affaire dépasse la limite, plusieurs contraintes sont alors appliquées. Tout d’abord, cela peut entraîne une apparition soudaine de la TVA. En effet, la TVA sera prise en compte à partir d’un certain montant, que nous allons détailler par la suite.

Également, cela entraîne la perte du statut de micro-entrepreneur. En effet, une micro-entreprise qui gagne « trop », se doit de devenir une entreprise classique, de type SARL par exemple.

 

Voyons donc à travers ce tableau, quelles sont les limites de chiffres d’affaires et les règles qui s’appliquent lorsque celles-ci sont dépassées.

Nature de l’activité Montant du CA Modifications
Ventes de marchandises La TVA s’applique entre 94 300€ et 176 200€ de  CA Si les 176 200€ sont dépassés sur une seule année, il est possible de conserver le statut de micro-entrepreneur.
Si le seuil est dépassé pendant deux ans de suite, le régime fiscal doit changer à partir du mois de Janvier qui suit.
Prestations de services La TVA s’applique entre 36 500€ et 72 500€ de CA Même règle que la ligne ci-dessus.

 


Les choses importantes à garder en tête pour travailler en freelance 

  • Avoir un business plan complet
  • Avoir une offre juste et cohérente pour trouver un public
  • Investir dans le web s’il le faut (Site web, réseaux sociaux, communication)
  • Se rapprocher de conseillers compétents en termes de comptabilité et de fiscalité
  • Continuer à se former régulièrement
  • Avoir une persévérance et une motivation en béton

 

illustration-succes

 

En outre, retrouvez plus d’informations sur les métiers du web en freelance, sur le blog de bambou

 

Rejoignez Histoire de Bambou sur les réseaux sociaux.

Histoire de Bambou sur Facebook

Histoire de Bambou sur Instagram

Contactez-moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *